Langues Régionales Endogènes

|

Historique

Un prix triennal de littérature wallonne doté de 10.000 francs fut institué par arrêté royal du 27 décembre 1935. Il était destiné à récompenser alternativement une pièce de théâtre (jouée ou publiée durant une période de six ans précédant l’attribution du prix) et un ouvrage de poésie ou de prose (roman, recueil de contes, essais édité durant une période similaire de six ans). Le jury était composé de cinq membres désignés par le Ministre de l’Instruction publique, dont deux issus de l’Académie royale de Langue et de Littérature française ou de la Société de Langue et de Littérature wallonnes.

Ce texte fut modifié le 26 novembre 1936 par un arrêté spécifiant que les ouvrages de poésie ou de prose pourraient être inédits à condition que les auteurs s’engagent à les publier en cas de victoire.

Un arrêté du 24 décembre 1938, revoyant les textes précédents, institua un prix biennal de 15.000 francs décerné alternativement au théâtre, à la prose (roman, recueil de contes, essais) et à la poésie. Les conditions d'attribution, pour ces deux dernières catégories, étaient identiques à celles prévues par l’arrêté de 1936.

Ce texte servit de base à l'organisation ultérieure des prix biennaux, prise en charge par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le jury fut composé de membres de la Commission consultative pour la Promotion des Lettres dialectales de Wallonie, Commission instaurée par un arrêté royal du 16 février 1976. Le prix, alors doté de 100.000 francs, couronna pour sa dernière édition, en 1990, une œuvre dramatique.

Le décret du 14 décembre 1990 relatif aux langues régionales endogènes de la Fédération Wallonie-Bruxelles prévoyait la constitution d’un organe consultatif, le Conseil des Langues régionales endogènes. Sur proposition de cette instance, instituée en 1991, deux prix ont été mis sur pied au cours de l’exercice 1995. L’un couronne, selon un rythme triennal, soit un texte en prose, soit un texte poétique, soit un texte dramatique; l’autre récompense, selon un rythme biennal, soit un travail de recherche en matière linguistique ou littéraire, soit une réalisation audiovisuelle et/ou graphique. Actuellement, l'un et l'autre sont dotés d’une récompense de 2.500 €. 

Namur.jpg