Langues Régionales Endogènes

|

Foire aux questions

Questions fréquemment posées

1. Est-ce que ce programme est un équivalent pour les langues régionales du dispositif « Auteurs en classe » mis en place par la Direction des Lettres ?

Non, l’objectif du programme « Auteurs en classe » est de proposer un échange entre un écrivain et des élèves, à propos de son métier ou de ses livres. Une œuvre de l'écrivain doit d'ailleurs avoir été lue au préalable. En revanche, l’objet de ce programme-ci est la langue endogène pratiquée dans la région où est située l’école accueillant l’animation. La découverte de cette langue pourra se faire par le biais de textes littéraires, dont l’intervenant peut être ou non l’auteur, mais la rencontre peut aussi s’articuler autour d’autres éléments : la conversation, des objets du quotidien, l’histoire locale, la chanson… Certains animateurs inscrits au répertoire sont des écrivains ayant une langue régionale comme langue d’expression, mais d’autres sont des professeurs, des linguistes, des personnes actives dans les troupes de théâtre en langue régionale…


2. Est-ce que ce programme est accessible aux classes du secondaire ?

À l’heure actuelle, la plupart des animateurs reconnus expriment une préférence pour des interventions dans l’enseignement primaire. Cependant, le programme n’est pas limité à celui-ci. L’organisation de rencontres dans des écoles secondaires est donc possible, pourvu que l’enseignant et l’intervenant élaborent un projet qui leur convienne à tous les deux.


3. La préparation des ateliers est-elle rémunérée ?

Non, seules les heures de prestation sont rémunérées. Pour les projets de plus grande importance, tels la conception et l’édition d’une brochure pédagogique, il est possible d’introduire un dossier de subvention. Des informations sont disponibles via ce lien.


4. Est-ce que je peux en tant qu’intervenant contacter une école pour lui proposer mon intervention ?

Nous estimons que la démarche doit provenir des écoles, et donc des enseignants. S’il n’y a pas une posture volontaire et volontariste de la part de ceux-ci, nous observons que l’animation rencontre difficilement ses objectifs.


5. Sur combien de périodes de cours peut s’étendre une animation ?

Une intervention en classe peut couvrir un maximum de 8 périodes de cours pour une classe (par ex. : deux matinées de 4 heures).


6. Pour combien d’heures au maximum un intervenant peut-il s’engager par année ?

À l’heure actuelle, aucune limitation du nombre d’heures de prestation par intervenant n’a été fixée, pourvu qu’il ne passe pas plus de 8 heures auprès de chaque groupe d’élèves. Une limitation pourrait être introduite dans un second temps, si nous constatons que le répertoire d’intervenants croît plus rapidement que les crédits disponibles pour les indemnisations.


7. Un même enseignant peut-il solliciter une intervention dans chacune des classes qui lui sont confiées ?

Oui. Pourvu qu’un intervenant reconnu puisse être trouvé pour assurer ces rencontres, elles pourront être soutenues dans le cadre de ce programme.


8. Pourriez-vous me résumer la procédure de demande ?

Les présentations des intervenants sont disponibles sur notre site. À partir de là, les demandeurs d’intervention (enseignants…) pourront réfléchir à quel intervenant convient le mieux à leur situation. Ils prendront dès lors contact avec l’intervenant pour s’assurer de sa disponibilité et de son intérêt, puis le demandeur (enseignant…) complètera un document qu’il nous renverra. Nous lui répondrons le plus rapidement possible.


9. Le répertoire n’inclut pas d’animateur qui pratique la langue correspondant à la situation géographique de mon école. Que puis-je faire ?

Veuillez contacter Julien Noël, attaché au Service des Langues régionales endogènes, à l’adresse suivante : julien.noel(at)cfwb.be Nous essaierons de trouver ensemble une solution.


10. Puis-je considérer la/les date(s) indiquée(s) dans le formulaire de demande comme définitive(s) ou dois-je attendre une confirmation ?

Le choix des dates d’intervention est laissé aux enseignants et aux animateurs, mais une confirmation du SLRE est nécessaire pour garantir leur indemnisation. En effet, dans certains cas, le SLRE pourra solliciter qu’une animation soit reportée au début de l’année budgétaire suivante (second semestre de l’année scolaire) afin d’être en mesure de la prendre en charge. Nous recommandons donc aux enseignants d’attendre cette confirmation avant de considérer une date comme définitive.


11. Qui peut faire une demande d’intervention dans le cadre du programme Langues et Cultures régionales en classe ?

Tout établissement appartenant à un réseau scolaire organisé ou subventionné par la FW-B (en ce compris les réseaux libre confessionnel et libre non confessionnel) peut introduire une demande d’intervention. Le programme est également accessible aux écoles de devoirs reconnues par la FW-B.


12. Je souhaite figurer au répertoire d’animateurs ; comment puis-je m’y inscrire ?

Nous vous invitons à télécharger ce formulaire de demande et à le renvoyer à l’adresse suivante : julien.noel(at)cfwb.be Il vous sera demandé de fournir un exemple de séquence pédagogique et une bibliographie des ouvrages de référence sur lesquels vous appuyez votre pratique de votre langue régionale.


13. Ai-je besoin d’un numéro d’entreprise pour réaliser des prestations dans le cadre de ce programme ?

Non, l’indemnisation des intervenants peut également s’opérer via d’autres méthodes, par exemple via des contrats Smart ou via le régime des petites indemnités (RPI).


14. Les animateurs bénéficient-ils d'un accompagnement ?

Une journée de rencontre et de formation annuelle sera organisée à partir de 2023. La participation à cette journée sera obligatoire. Les animateurs inscrits au répertoire peuvent également contacter le SLRE pour être renseignés vis-à-vis des ressources pédagogiques existantes (cahiers d'activités, lexiques adaptés au public scolaire, enregistrements…).

Liege__On_lecheu_d_baie_.jpg